Insectes

Les insectes n’ont plus que leurs gros yeux pour pleurer

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, l’apocalypse à six pattes.

Épisode n° 32
Texte Photo

Dans le grand marathon – ou est-ce un sprint ? – de l’effondrement, les glaciers semblaient devoir s’échapper inexorablement, comme le racontaient nos épisodes 8 et 25

Mais voici que remonte un sérieux concurrent : l’extinction des insectes, déjà évoquée dans l’épisode 9

Ce lundi, The Guardian publiait un très long article – et très complet – sur la question, s’appuyant sur une étude publiée le 31 janvier dans la revue Biological Conservation

Mais contrairement à celle publiée fin 2017 sur la situation en Allemagne et à d’autres, celle-ci fait la synthèse de 73 travaux scientifiques à travers le monde

Et ne nous mentons pas, ça sent plutôt pas bon

Les chercheurs Francisco Sánchez-Bayo, de l’université de Sydney, et Kris Wyckhuys, de l’Académie des sciences agricoles de Pékin, leur donnent une espérance de vie d’un siècle, pas plus 

Aujourd’hui, leur taux de mortalité est plus rapide que celui des mammifères, des oiseaux ou des reptiles… de huit fois !

Au total, ce sont plus de 40 % des espèces qui déclinent et un tiers qui sont sous la menace d’une disparition à plus ou moins long terme 

Les causes ? D’abord l’agriculture intensive (et particulièrement l’usage – lui aussi intensif – des pesticides), l’urbanisation… et notre vieil ami le changement climatique

Ou quand un effondrement en provoque un autre : cette course est décidément étrange

À demain (si on tient jusque-là).