Jaguar

La course arrêtée des jaguars

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, un félin en danger.

Épisode n° 51
Texte Photo

« Tordant sa souple queue en spirale, il en fouette
Le tronc de l’acajou d’un brusque enroulement
 ;
Puis sur sa patte roide il allonge la tête,
Et, comme pour dormir, il râle doucement.
 »

Du poète Leconte de Lisle à Jean Reno, le jaguar a inspiré les plus grands

Avec un point commun, toujours, c’est un des symboles de l’Amérique – pas des États-Unis, du continent tout entier

Pas étonnant, donc, de le retrouver, sur le blason d’équipes de football américain à Jacksonville, de fútbol à Córdoba, en Colombie, et de rugby à Buenos Aires, en Argentine

Pas étonnant non plus de constater qu’être un symbole ne garantit en rien la préservation de son mode de vie

C’est ce que déplore Esteban Payán, directeur de la branche sud-américaine de l’ONG Panthera, dans une récente interview au site Mongabay Latam

Le zoologiste explique : « En Colombie existent des zones très étroites et vulnérables qui permettent encore le flux entre jaguars d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, mais elles sont si ténues que si un propriétaire terrien achète une grande portion de terrain, le couloir sera coupé »

Avant d’ajouter : « La zone entre le Panama et la Colombie est si fragile que si les taux de déforestation et de détérioration de l’écosystème restent les mêmes, en dix ans, voire moins, la connexion n’existera plus »

Déjà éradiqué de 40 % de sa zone de répartition historique, le jaguar doit subir un morcellement toujours plus fort de son habitat

Si bien qu’aujourd’hui l’Union internationale pour la conservation de la nature considère l’espèce comme « quasi menacée », avant peut-être de la classer comme « espèce vulnérable » dès cette année

Aux États-Unis, la situation est encore plus critique : le jaguar n’y fait plus que de rares apparitions depuis le Mexique, dans le désert de Sonora, en Arizona et en Californie 

Mais cette fois, le danger s’appelle plutôt Donald (vous l’avez ?) : si le mur du président américain se construit, fini, les promenades transfrontalières

À demain (si on tient jusque-là).