Portrait de Félix Fénéon par Félix Vallotton

Félix Fénéon en onze clics

Tout l’été, « Les Jours » publient les « Nouvelles en trois lignes » de Félix Fénéon écrites en 1906. Félix qui ? Réponse.

Épisode n° 1
Texte Illustration
Pour avancer, cliquez sur ➔

Né en 1861, Félix Fénéon a été employé au ministère de la Guerre, critique littéraire et d’art, découvreur de talents, collectionneur…

…anarchiste, arrêté comme tel (« Êtes vous un anarchiste, M. Fénéon ? », lui fut-il demandé à l’audience ; « Je suis un Bourguignon né à Turin », répondit-il – acquitté après quatre mois de détention)…

…directeur de revues, dreyfusard, traducteur (de Jane Austen), inventeur (du courant néo-impressionniste) et auteur des Nouvelles en trois lignes.

Il s’agit du titre d’une rubrique du journal Le Matin, soit des brèves publiées entre 1903 et 1937 et écrites à partir de dépêches souvent issues de l’agence Havas, ancêtre de l’Agence France Presse.

Employé par Le Matin pendant quelques mois de 1906, Félix Fénéon s’empare de ces infos relatant des meurtres, des suicides, des vols, des bagarres…

…ou des maires condamnés pour n’avoir pas voulu ôter les symboles catholiques après la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État.

Il en fait de minuscules bijoux d’écriture, des miniatures journalistiques ciselées que Les Jours ont décidé de publier tout l’été. Exemple :

« Se pendant à la portière, un voyageur un peu lourd fit basculer son fiacre, à Ménilmontant,

et se fracassa la tête. »

Les autres Nouvelles en deux clics arrivent au rythme d’une par jour à midi pile :

Un clic (ou un coup de doigt) sur la flèche droite pour avancer et vous voilà servi.