Forêt d’El Yunque

Les insectes rendent l’antenne

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, une hécatombe à Porto Rico.

Épisode n° 9
Texte Photo

Ça commence comme un thriller… et ça ne se termine pas mieux

Au début, il y a un silence inquiétant, celui qui a saisi Brad Lister dans la forêt tropicale humide d’El Yunque, à Porto Rico

En 1976 et 1977, le biologiste américain y avait mesuré le nombre d’insectes

Mais à son retour en 2011, 35 ans plus tard, plus un bruit

Et pour cause : les bestioles avaient disparu, a-t-il récemment raconté au Guardian

L’étude publiée il y a quelques semaines par le chercheur affiche une quantité d’arthropodes piégés divisée par 30 à 60

Le quotidien britannique évoque, lui, une disparition de 98 % des insectes au sol : un « véritable effondrement », selon Brad Lister

Devant une telle hécatombe, les suspects habituels sont le Colonel Usage de pesticides, Madame Destruction d’habitat et le Professeur Changement climatique

Mais comme la forêt d’El Yunque est protégée, tous les regards se portent sur le troisième malfaiteur

Or, méga-surprise, depuis les années 1970, « le nombre de vagues de chaleur, avec des températures au-dessus de 29°C, a énormément augmenté », explique le biologiste

Bien entendu, l’anéantissement des insectes a plutôt des conséquences dommageables : ainsi, leurs prédateurs habituels – lézards, grenouilles, oiseaux… – sont aujourd’hui en voie de disparition eux aussi

À demain (si on tient jusque-là).