Communication moderne

Épisode n°7 de l’obsession Les communicants

Lu

Mélenchon, le petit père du peuple en ligne

Pour court-circuiter les médias, le candidat a investi le web. Sa conseillère en com, Sophia Chikirou, s’est formée auprès de leaders étrangers.

  • Texte
  • Photo

Cinq, quatre, trois, deux, un… Dimanche après-midi, dans un studio télé du XIe arrondissement parisien, sous les projecteurs et le logo de la France insoumise (la lettre grecque « phi », pour philosophie et sagesse, comme les initiales du mouvement FI), Jean-Luc Mélenchon écoute le décompte qui lance l’émission spéciale consacrée au « chiffrage » de sa campagne. L’instant d’après, les deux présentateurs apparaissent simultanément sur l’écran de contrôle du plateau et en direct sur la chaîne YouTube du candidat. À ses côtés sont aussi positionnés les deux économistes maison, Jacques Généreux et Liêm Hoang-Ngoc. Le programme, baptisé Esprit de campagne, est d’abord un exercice de communication destiné à détailler sa politique économique pour le prochain quinquennat. Un événement maîtrisé de bout en bout par le staff du candidat, en particulier par Sophia Chikirou, sa directrice de la com qui fut déjà son attachée de presse pendant la campagne présidentielle de 2012.

On se croirait sur le plateau d’une émission de télé classique. Les intervenants se succèdent autour d’une table centrale où les chiffres sont abondamment commentés. Sauf que tous appartiennent à l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon, où aucune tête ne dépasse. À part Alexis Corbières, son fidèle porte-parole, aucun n’est un habitué des médias. La régie diffuse courbes et graphiques au fil de la discussion. Le réalisateur embauché pour l’occasion, Henri Poulain, est justement celui qui fabrique, toutes les semaines, DataGueule, un programme de France 4 qui propose des animations didactiques sur l’actualité à l’aide de données chiffrées.