Gilbert Perrotin, David Geoffrey et Philippe Lottiaux

Épisode n°2 de l’obsession Extrême Sud

Lu

Au FN du Var, beaucoup de croyants, peu de pratiquants

Dimanche, à Pignans, ils n’étaient que six à la réunion publique du Front national. Dont Philippe Lottiaux, candidat aux législatives et ex-comique.

  • Texte
  • Photo

On appellera ça un bide. Dimanche 12 mars, la réunion publique du FN à Pignans (Var) n’a attiré que trois personnes, malgré « 1 500 visuels distribués », selon son organisateur, le conseiller régional Geoffrey David. Vu le petit nombre, cela ressemblait à une rencontre clandestine, limite conspirateurs, dans la salle sans lumière extérieure d’une auberge au décor vieillot, avec des fleurs dans des casseroles en cuivre accrochées au plafond, des nappes en dentelle et des trophées de chasse aux murs. Mais alors que Marine Le Pen rassemble ce mercredi soir ses militants varois pour une réunion publique à Saint-Raphaël, on n’en tirera aucun enseignement. Car au deuxième tour des régionales, en 2015, 853 habitants de cette commune du centre Var ont voté Front, soit 53,65 % des exprimés et presque un tiers des inscrits. « 60 % des gens du village votent FN mais ils ne veulent pas se montrer », constate Gilbert Perrotin, 59 ans, responsable du parti pour la commune. Ce policier à la retraite, présent à la réunion dimanche, en sourit : « Ils vous le disent à travers la porte mais pas plus. Alors je vais coller les affiches tout seul. »

Si on me voit mettre des affiches, c’est foutu, du style “voilà le facho de service”. Pourtant, toute la caserne vote Front, sauf deux.

Un pompier frontiste lors de la réunion publique du FN à Pignans, le 12 mars

Le Front national fonctionne comme une religion : avec des croyants, mais pas forcément des pratiquants. Un pompier venu à l’auberge explique pourquoi il garde l’anonymat : « Si on me voit mettre des affiches, c’est foutu, du style “voilà le facho de service”. Pourtant, toute la caserne vote Front, sauf deux. » Mais même s’il est majoritaire dans cette commune de 3 343 habitants, le vote FN « est encore un tabou », regrette le pompier. Et une source de railleries : « On nous ramène chaque fois à la guerre de 40 ou à Vichy, soupire-t-il.