J’ai enlevé ma fille
Devenir hors la loi pour protéger son enfant victime d’inceste.
Photo Julie Balagué pour Les Jours
Plutôt la clandestinité que l’inceste. Parce que la justice n’a pas reconnu que leur enfant avait été victime – 73 % des plaintes pour violences sexuelles sur mineurs sont classées –, des mères ont choisi de s’affranchir des lois et des tribunaux : elles ont enlevé leur fille pour ne pas avoir à la confier à leur père, s’installant dans l’illégalité et risquant la prison à chaque instant. « Les Jours » dévoilent le parcours de ces mères hors-la-loi pour les institutions mais que des réseaux de professionnels viennent épauler.

Par Romane Brisard, Julie Balagué
Inceste : « Notre arme, c’est ce sentiment de lutte commune pour les enfants »
Ils sont plus de cent avocats, réunis au sein d’un collectif, à se battre pour défendre la parole des enfants et des mères qui veulent les protéger.
Épisode n° 4
Inceste : « La justice a livré ma fille au loup »
Ces mères n’ont pas fui et le regrettent : en attendant l’enquête pénale, l’institution judiciaire a maintenu la résidence de l’enfant chez son père.
Épisode n° 3
Inceste : « A-t-on vraiment le choix de fuir face à ces défaillances en chaîne ? »
Les mères qui s’enfuient avec leur enfant ont en commun de s’être senties trahies par les autorités, et ce dès la prise en charge policière.
Épisode n° 2
« La rendre à son père incestueux, c’était devenir complice »
Elles s’enfuient avec leur enfant victime de violences sexuelles pour le protéger de leur père : enquête sur ces mères devenues hors la loi.
Épisode n° 1
Portrait de Louise 4
Épisode n° 1
Illustration Julie Balagué pour Les Jours d’après Romane Brisard.
Chez Valentine 4
Épisode n° 2
Photo Julie Balagué pour Les Jours.
Palais de justice de Paris 4
Épisode n° 3
Illustration Julie Balagué pour Les Jours d’après Simon Lambert.
Palais de justice de Paris 4
Épisode n° 4
Photo Julie Balagué pour Les Jours d’après Simon Lambert.