29 millions d’euros (…)

Épisode n°5 de l’obsession L’empire

Lu

Bolloré : la purge à 29 millions

Selon les documents que se sont procurés « Les Jours », c’est le coût du coupage de têtes à Canal+ en 2015.

  • Texte
  • Photo

Allez, allez, tout doit disparaître. Pour un Rodolphe Belmer viré, nous vous offrons également non seulement la tête d’Ara Aprikian, mais aussi celle de Bertrand Meheut et celle de Thierry Thuillier. Allez, il nous en reste un peu, on vous les met quand même ? Hop : la directrice du cinéma, ouste la patronne d’i-Télé, dehors celle de CanalSat, tchao le chef de StudioCanal, celui de la régie pub, la secrétaire générale, la DRH, si, si, on insiste, ça nous fait plaisir. Et on vous fait le tout à, allez, 29 millions d’euros. Oui, 29 millions d’euros. Selon nos informations, c’est ce qu’il en a coûté, en 2015, à Vincent Bolloré, ou plutôt à Canal+ pour faire le ménage en grande partie parmi l’état major du groupe. Ça fait un peu cher la charrette, mais que voulez-vous : quand on n’aime pas, on ne compte pas.

29 millions d’euros, donc. Minimum. Selon les résultats financiers présentés fin 2015 lors d’un « comité de management » de Canal+ que se sont procurés Les Jours, la réorganisation (qu’en termes délicats ces choses-là sont dites…) aura coûté 29 millions d’euros à fin novembre. Soit quatre millions de plus qu’annoncé au trimestre précédent, alors que rien n’avait été prévu dans le budget 2015. Pas sûr que Vincent Bolloré se vante de ce chiffre lors de la présentation des comptes annuels de Vivendi qui a lieu ce jeudi 18 février en fin d’après-midi. Les mauvais résultats attendus, tant au niveau des abonnements que des pertes du groupe, devraient être dissimulés derrière l’annonce d’un accord de distribution exclusive de BeIn Sports, la rivale qui lui tond les droits sportifs sur le dos depuis quelques années..