Jérémie, qui doit justifier d’un retard, attend dans le couloir qui mène à la « vie scolaire »

Épisode n°6 de l’obsession Les années lycée

Lu

L’exfiltration de Jérémie (et autres nouvelles)

Jérémie n’est plus élève au lycée pro de Fontaineroux. Pour lui éviter le conseil de discipline, il a été « réorienté » en électronique.

  • Texte
  • Photo

L’affaire est aussi confuse que n’importe quelle histoire impliquant des ados et un smartphone. Personne ne sait très bien ce qu’il s’est passé ni ce que voulait vraiment faire Jérémie mais voilà, une semaine après les faits, il n’est plus dans la classe de seconde Production conception mécanique (PCM) de Fontaineroux.

Ce mardi-là, la direction a appris que Jérémie avait pris (et peut-être échangé) des photos très déplacées d’un adulte du lycée. Des avertissements ont été distribués à plusieurs élèves : pendant cette même séance, une sorte de mini-bataille de boulettes de gommes a été organisée dans le dos de la prof. Pour les boulettes de gomme, « c’était un peu bête » reconnaissent-ils, mais pour Jérémie, ils ne savent pas trop. Ils n’ont rien vu.

L’affaire a plongé tout le monde dans l’embarras. L’adolescent, gentiment dissipé, très copain avec Alexis et Quentin, n’avait posé aucun problème jusque-là. Il était même de ceux qui participaient le plus. Certains soupçonnent que la bêtise n’était pas de son seul fait mais « sans preuves irréfutables », il n’est pas question d’accuser un autre élève. « On les garde à l’œil », prévient Valérie Clérin, la proviseure adjointe, qui a pris l’affaire au sérieux. Photographier ou filmer quelqu’un à son insu pendant le cours est une transgression généralement sanctionnée très sévèrement.