Valls et Peillon

Épisode n°2 de l’obsession Les grands primaires

Lu

Valls-Peillon : la paire du vide

Programmes raplapla, formules creuses et ambitions en berne… Les deux candidats légitimistes de la primaire occupent l’espace pour ne rien dire.

  • Texte
  • Photo

Deux salles, deux ambiances. Pardon pour cette entame d’article aux relents de Macumba. Mais on n’a pas trouvé mieux – ou pire, c’est selon – que ce cliché pour vous parler de ce qui a été, cette semaine, n’ayons pas peur des onomatopées, le véritable « pan » de départ de la campagne de la primaire de gauche : la présentation des programmes de, à notre gauche, Vincent Peillon et heu, à notre gauche aussi mais un chouïa moins quand même, Manuel Valls. Eux les deux héritiers de François Hollande, déboulés en catastrophe suite au décès politique de leur papa, quand Arnaud Montebourg et Benoît Hamon tuent le père et défoncent son bilan depuis des mois. Peillon-Valls, on pourrait, si on a le goût des subtils nuanciers politiques, y voir la branche sécessionniste (Peillon qui mit les bouts du gouvernement en 2014) contre la branche légitimiste (Valls qui n’en décanilla que pour devenir candidat). On pourrait. On pourrait aussi y voir une seule et même branche, celle des mecs qui comptent gagner une primaire puis la présidentielle en incarnant le quinquennat le plus honni de l’histoire de France depuis le règne de Chilpéric II, dit « Le Pleutre » (cherchez pas, on l’a inventé).

L’un a choisi le très chic écrin de la maison de la chimie dans le VIIe arrondissement de Paris, traditionnel présentoir à hommes politiques. L’autre, Le 100, espace culturel solidaire dans le moins chic XIIe arrondissement. Valls dans la première, Peillon dans le second. Et chacun présente son programme à une heure d’intervalle, ce même mardi 3 janvier, sur l’air de « c’est moi qui ai dit que j’allais présenter mon programme en premier heu, c’est l’autre qui m’a copié heu » (Vincent Peillon : « Nous avions annoncé que nous présenterions le programme le 3, deux jours avant Manuel Valls. »).