Une bonne partie de la charcuterie

Épisode n°8 de l’obsession Steak assez

Lu

La bidoche, moche et méchante

La majorité de la barbaque vendue en France n’a souvent de viande que le nom et traîne derrière elle un sale arrière-goût de souffrance animale.

  • Texte
  • Illustration

Un frisson vous parcourt le dos, vous repensez à des repas qui désormais vous dégoûtent. La scène s’est répétée plusieurs fois en préparant cette obsession. Quand je partageais les infos accumulées avec des amis, ils tombaient des nues. Sans vraiment se voiler la face, eux comme moi sous-estimaient ce qu’implique un système industriel permettant à des millions de Français de manger de la viande à quasiment tous les repas. Les voici, ces infos. Mises bout à bout, elles aident à comprendre d’où vient cette bidoche à bas prix et vite préparée. Nous parlons ici de la majorité de la viande vendue dans l’Hexagone.


Pour démarrer, place au bœuf, la « viande de bonhomme », comme l’aime le viril Beef Magazine. De quel animal vient-elle ? Non, la réponse n’est pas dans la question. En fait, le plus souvent, quand vous achetez du bœuf, vous mangez de la vache. Près de 80 % de la viande bovine française est issue de vaches, contre 6 % seulement pour les bœufs. Car en boucherie, le mot « bœuf » désigne toute les viandes bovines. Cela peut donc désigner la viande qui vient vraiment des bœufs, ces mâles castrés hyper-musclés et qui sont élevés uniquement pour leur viande. Mais l’appellation intègre aussi les vaches qui sont élevées pour produire les veaux et qui seront abattues après sept à dix ans de production.