Pacific Gas & Electric Company

La Pacific Gas & Electric Company a les fils qui se touchent

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, une faillite électrique.

Épisode n° 33
Texte Photo

La récente faillite de la Pacific Gas & Electric Company, c’est un mélange d’effets en cascade et d’éternel retour

Rembobinons d’abord… jusqu’à 1993

C’est à cette date que le géant du gaz naturel et de l’électricité en Californie dédommage à hauteur de 333 millions de dollars des habitants d’Hinkley, dans une sordide affaire d’eaux potables polluées au chrome hexavalent

Ça vous dit quelque chose ? Plutôt normal, c’est l’histoire – vraie – qui a inspiré le film Erin Brockovich, seule contre tous, avec Julia Roberts

En 2001, l’entreprise se place une première fois sous la protection de la loi sur les faillites, à la suite de la déréglementation du secteur énergétique en Californie

En 2004, elle renaît de ses cendres…

…mais continue à justifier sa réputation de bad guy : les tribunaux la condamnent en 2010 après une explosion de gaz à San Francisco

Dernièrement, ce sont les accusations de négligences qui ont augmenté… au rythme des incendies qui ont ravagé la Californie

Explication : le climat californien change, les événements météo extrêmes sont en plein boom, les pluies en recul, la végétation disparaît… et l’entretien du réseau devient de plus en plus complexe et coûteux

Conséquence : la Pacific Gas & Electric Company est pointée du doigt dans 17 feux survenus en 2017

Et particulièrement dans celui de novembre dernier qui a ravagé le comté de Butte, détruit la ville de Paradise et tué 85 personnes

L’entreprise a reconnu un problème quelques minutes avant le début de l’incendie et doit aujourd’hui faire face à des dédommagements qu’elle a estimé à 30 milliards de dollars

Impossible pour elle, d’où la décision, en janvier, de se mettre sous la protection de la loi sur les faillites pour la seconde fois

Mais ce n’est qu’un sursis avant une possible disparition du géant, qui emploie environ 20 000 personnes, ce qui serait une déflagration de type Lehman Brothers

Évidemment, Erin Brockovich est remontée contre l’entreprise… et au créneau

À demain (si on tient jusque-là).