Groenland

Sauve qui pleut au Groenland

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, un précipité de catastrophe.

Épisode n° 50
Texte Photo

​Prêt·e·s pour une nouvelle douche sous les effets en cascade ?

Attention, elle est gelée, mais pas écossaise, plutôt danoise

Vous vous rappelez de cette sombre histoire de changement climatique, n’est-ce pas ?

Eh bien, au Groenland, comme au Svalbard norvégien, il se fait plus sentir qu’ailleurs : depuis 1990, les températures y ont grimpé en moyenne de 1,8 degré l’été, de 3 degrés l’hiver

Logiquement, les épisodes neigeux sur l’île se transforment de plus en plus en pluies, explique une récente étude publiée dans la revue scientifique The Cryosphere

En compilant les données de satellites et de stations météo locales de 1979 à 2012, les chercheurs du Earth Institute de l’université de Columbia à New York ont calculé que les conditions favorisant la pluie ont doublé l’été, mais surtout triplé durant l’hiver

Les conséquences de ce changement sont désastreuses : la pluie a évidemment tendance à accentuer la fonte de la glace de l’inlandsis groenlandais, la calotte polaire arctique

Un tiers de l’eau liquide rejetée à la mer proviendrait désormais de ce dégel, différent de celui des glaciers, mais accentuant d’un même élan la hausse du niveau des océans 

Pire, une fois tombée, la pluie continue à faire fondre la neige au sol pendant plusieurs jours

Pire encore, quand il gèle à nouveau, l’eau se transforme en glace, qui, étant plus sombre et plus solide que la surface autrefois neigeuse et poreuse, est plus sensible aux rayons du soleil

Pire toujours, la fonte est alors plus rapide, boostant les ruissellements vers l’océan 

À demain (si on tient jusque-là).