Louisiane

La sirène du Mississippi

Fin du monde. Chaque midi, « Les Jours » vous offrent une mauvaise nouvelle. Aujourd’hui, la Louisiane rétrécit.

Épisode n° 69
Texte Photo

« ​Toutes les heures et demie, la Louisiane perd l’équivalent d’un terrain de football [américain] »

Dans son dernier article pour le New Yorker daté du 1er avril, la journaliste américaine Elizabeth Kolbert, dont nous parlions pas plus tard que dans l’épisode précédent, use de la pénible comparaison made in Capital période Emmanuel Chain du terrain de foot

Alors que l’autrice de La Sixième Extinction a une bien meilleure formule pour évoquer la disparition de la côte depuis les années 1920 : « Si le Delaware ou le Rhode Island avait perdu la même surface, les États-Unis n’auraient plus que 49 États »

Mais c’est là le seul impair de ce très très long article, qui voyage dans toute la Louisiane et embrasse l’histoire du Mississippi de l’époque des Phéniciens à nos jours, en passant par la colonisation française ou l’ouragan Katrina en 2005 

Or, depuis des millions d’années, ce grand fleuve turbide cherche à atteindre le golfe du Mexique au plus vite, changeant son cours, creusant de nouvelles voies, créant de nouveaux bras, charriant des tonnes de sédiments

Ces mouvements brutaux, les colons du XVIIe siècle et leurs successeurs les ont peu à peu domptés, à grands coups de digues et de techniques plutôt élaborées… jusqu’à l’inondation suivante

La journaliste raconte comment la technologie est devenue un pharmakon, à la fois remède et poison, car aujourd’hui l’eau l’emporte sur la terre à cause des murs artificiels qui empêchent un rééquilibrage saisonnier entre sédiments, eau douce et marées 

Si vous ajoutez la montée des eaux due au changement climatique et les tempêtes, les côtes ne peuvent plus lutter

La majorité de la paroisse de Plaquemine, la plus touchée par le grignotage irrémédiable des terres, est sous le niveau de la mer – « six pieds dessous, dit-on parfois », écrit Elizabeth Kolbert

Quant à la ville fondée en 1718 sous le nom de « L’Isle de la Nouvelle Orléans », elle devrait dans les années à venir « ressembler de plus en plus à une île », prédit Alex Kolker, professeur de sciences marines

À demain (si on tient jusque-là).