Arrestation

Épisode n°3 de l’obsession La bascule

Lu

« Ils m’ont fait mettre complètement nu, ils m’ont allongé par terre »

Le retour de la torture en Turquie (1/2). « Les Jours » racontent le calvaire d’Erol, enseignant arrêté après le putsch raté du 15 juillet dernier.

  • Texte
  • Photo

Pas une fois dans sa plainte, Erol ne prononce le mot de « viol », ni ne décrit complètement ce que lui ont fait les policiers d’Antalya, dans le sud-ouest de la Turquie après son arrestation. Le viol reste indicible en Turquie. En écrivant au procureur de la République, il se contente de décrire le reste, déjà terrifiant, des tortures subies dans un commissariat. Son cas, malheureusement, n’est pas isolé. La torture, qui avait reculé dans le pays à partir des années 2000 avec la perspective d’une adhésion à l’Union européenne, revient en force depuis le coup d’État manqué du 15 juillet dernier et la grande purge qui a suivi.

Erol est enseignant, proche de la confrérie Gülen, mouvement très enraciné en Turquie et que le pouvoir accuse d’avoir fomenté la tentative de putsch de juillet. Le 24 juillet 2016, il a été arrêté, comme des dizaines de milliers de citoyens qui n’ont rien à voir avec le coup d’État. « Il était 5 heures du matin, raconte Aslihan, son épouse. Les policiers sont montés chez nous avec mon père, qui est le concierge de notre immeuble. L’un de mes frères, journaliste, a été arrêté dans la journée, puis mes deux plus jeunes frères quelques jours plus tard. Les policiers cherchaient des preuves de notre proximité avec la confrérie Gülen. Ils ont pris des livres dans la bibliothèque.