Combat beauté institut
Chez Nocibé, le plan social sent la poudre.
Le 28 janvier 2021, l’entreprise de parfumerie Nocibé annonçait la fermeture de 62 boutiques dans l’Hexagone et la disparition programmée de 347 emplois. À l’ère du coronavirus et de ses répercussions économiques annoncées, un plan social étonne peu et n’émeut pas plus que ça. Mais pour les salariées concernées – 98 % des Nocibé sont des femmes –, c’est toute une vie qui bascule, du jour au lendemain, dans l’incertitude. « Les Jours » racontent un plan social à bas bruit.

Par Lena Bjurström, Aimée Thirion
« Conseillère Nocibé, c’était un métier qui faisait rêver »
Travailler en parfumerie était leur fantasme. Mais le travail éreintant, les objectifs commerciaux et un plan social sont passés par là…
Épisode n° 3
« Nocibé nous jette ? Très bien, ils s’en mordront les doigts »
Malgré le plan social massif qui touche l’enseigne de parfumerie, les grévistes sont rares. Mais elles ont la rage pour plusieurs.
Épisode n° 2
Chez Nocibé, un plan social de toute beauté
62 boutiques fermées, 350 employées sur le carreau… Le propriétaire de l’enseigne, largement bénéficiaire, met le feu aux poudres.
Épisode n° 1
Boutique Nocibé 6
Épisode n° 1
Photo Aimée Thirion pour Les Jours.
Grève à Nocibé 4
Épisode n° 2
Photo Aimée Thirion pour Les Jours.
Parfums 5
Épisode n° 3
Photo Aimée Thirion pour Les Jours.